wiki Intermission

Biographies

Christine Quoiraud

Elle a étudié la danse contemporaine et s’est formée à partir de 1981 avec Min Tanaka. En 1985, elle devient membre de sa compagnie, Maï-Juku Dance Co, les danseurs fermiers, à la « Hakushu Body Weather Farm », au Japon. En 1990, elle revient en France pour y développer sa pratique et son enseignement autour du travail sur la météorologie du corps ou « Body Weather Laboratory »*. Elle développe son propre travail de création et met en place les projets «Marche et Danse » grâce à la “Bourse de recherche Villa Médicis hors les murs (1999)”. Différents projets de marches longue distance prolongent son travail d’investigation sur la relation corps/ paysage en solo ou en groupe (Yougoslavie, Californie, Espagne, Australie, Grande Bretagne, Montenegro, Mexique, France etc).

Elle obtient la Bourse de recherche de la DMDTS, en 2002, pour le projet « duodityquemarchetdansechristinequoiraudjulienbruneau », une traversée de la France à pied. En 2002, elle collabore avec Hamish Fulton à Chamarande et ses environs avec 23 jeunes artistes. Marche intensive de 9 jours, dont il résulte le livre « Walk Dance Art Co» édition Filigranes. Invitée par Stalker Rome en 2011, projet “Metropolis”.

Premier prix de la critique festival de Yokohama 1989

Lauréate du prix Lester Horton dance Award pour le projet « the city is always bigger than you think

En 2007 elle traverse l’Atlas marocain à pied pour un projet inter culturel, la dernière marche.

En 2016, elle entraîne les danseurs du spectacle « Badke » cie Koen Augustijnen. Elle est également coach, mentor, conseillère artistique pour le solo de Marzena Krzeminska « Too Beautifull », cie Propagande C, pour le solo d’Antoine Favral « when you talk about the swimmer » et pour le solo de Pedro Prazeres, « Green man ». Il fait appel à elle pour son projet de recherche » le corps outil », 2017/18. Elle accompagnera le duo Antoine Favral et Pedro Prazeres » l’étranger » (titre provisoire), en 2018.

Aujourd’hui, elle se consacre à l’écriture et à l’archivage de ses traces pour le Centre National de la Danse de Pantin.

Elle est éducatrice pour le mouvement en Body Mind Centering ®/Bonnie Bainbridge Cohen /anatomie par le toucher, le son et le mouvement, depuis 2016. ELLE poursuit une formation de sophrologue et pratique le Zen soto.

Monique Hunt

*Monique Hunt is an Australian born movement practitioner who has worked as a performer, director, choreographer, teacher and researcher throughout Europe, Asia and Australia of the past 18 years. Monique’s practice is rooted in Body Weather, and the Feldenkrais Method, of which she is a fully certified practitioner; both methodologies shapes and frame her core working methodology. Her research and practice is in performance training and preparation, taking a contemporary European and Asian approach to training that primarily considers the psychophysical & neurobiology of the performer in relation to their environment. She worked as a SENIOR LECTURER/MODULE CO-ORDINATOR AT THE ESTEEMED UNIVERSITY ROSE BRUFORD PERFORMING ARTS COLLEGE IN THE UK (2004-2011), specialising in EUROPEAN THEATRE & PERFORMANCE, and now works there as A VISITING LECTURER. She was publicly funded by Rose Bruford to travel to Japan in 2006 to train and research with Japanese choreographer Min Tanaka. She initially completed her BACHELOR OF PERFORMING ARTS AT RUSDEN, DEAKIN UNIVERSITY IN AUSTRALIA (1997) and subsequently gained a MASTERS IN PHYSICAL THEATRE AT THE UNIVERSITY OF LONDON/ UNIVERSITY OF SURREY (2002). HER THESIS WAS TITLED ‘PUSHING BOUNDARIES: TRAJECTORIES IN PERFORMANCE TRAINING’ which analysed aspects of twentieth century performance training in the East and West linking training and performance modes and ideologies. She has worked with various theatre & dance companies, universities, schools and community centres in the UK, Asia and Australia: including The Royal Nation Theatre, The Victorian Arts Centre, Futures Theatre Company, Epic Arts, Blue Vault (Barry Laing), London Workshop Company, International Role Players, Darrabin Arts, The Australian Indigenous CrocFest, Leeds Becket University, Manchester University, among others. AS A FELDENKRAIS PRACTITIONER MONIQUE OFFERS INDIVIDUAL FUNCTIONAL INTEGRATION SESSIONS AS WELL AS GROUP CLASSES, AND HAS RECENTLY FINISHED DEVELOPING A FELDENKRAIS ‘CHILDHOOD EARLY DEVELOPMENT’ COURSE WITH THE UK FELDENKRAIS TRAINING DIRECTOR GARET NEWELL. This COURSE ENTITLED ‘LEARNING TO LEARN’ IS NOW BEING DEVELOPED AND PILOTED TO CROSS INTO THE FIELD OF CORPORATE TRAINING AND MANAGEMENT. Monique is a CO-PRODUCER OF BODY WEATHER UK, and is part of a small team who run as well as organise Body Weather trainings, workshops and rural residential research projects through the whole of the UK since 2005. Monique has trained under Min Tanaka, Frank van de Ven, Katerina_ _Bakatsaki, Christine Quoiraud and Oguri.

Dominique Leroy

Dominique Leroy travaille à Saint-Nazaire (SNhack) depuis Janvier 2014. Il a suivi une formation dans le domaine des arts visuels et multi-médias à Nantes et Anvers (HISK, post diplôme) et poursuit un travail de création artistique en lien avec différents laboratoires culturels européens. Après ses études aux beaux-arts de Tours et de Nantes, il co-fonde l’association « La valise » avec cinq jeunes artistes, issus de l’école d’art Nantaise dont le but était d’organiser des manifestations artistiques dans des lieux non conventionnels. En 1997, ils installent leurs ateliers dans une gare désaffectée à Oudon, un village situé à 30 km de Nantes, où ils organisaient des expositions estivales, ouvertes à d’autres artistes. Résolument pluridisciplinaires (arts plastiques, science, cinéma, vidéo, musique, informatique…) le groupe s’inscrivait dans une démarche individuelle et collective à laquelle Dominique Leroy a contribué jusqu’en 2000. Entre 2000 et 2005, Dominique Leroy est invité à nombreuses résidences en France et à l’étranger (ex : résidence « La pommerie » axée sur l’art sonore, pépiniere européenne pour jeunes artistes à Mons (B), lauréat au HISK (Anvers, Belgique), résidence à OKNO et NADINE à Bruxelles… Ces résidences s’accompagnent d’expositions en Belgique, Pays-Bas et Angleterre (ex : CITY SONICS/Mons (B), digital studio, ICA/Londres, W139/Amsterdam, De Apple Fondation/Amsterdam, Palais des Beaux-Arts/Bxl, STUK/Leuven etc). En 2005, de retour à Nantes, il rejoint des projets artistiques développés par les associations locales (ex : MIRE, APO33, Labtolab/PING) et participe à des échanges entre structures européennes à Budapest, Madrid, ainsi qu’ à des expositions et festivals « arts et technologies » (ex : festival PIKSEL en Norvège, Rainforest IV, area 10 Londres). En 2006, il fonde l’association ECOS et organise jusqu’en 2010 des rencontres internationales sur le thème de l’art et de l’écologie urbaine. Dans le même temps, il coordonne des résidences artistiques avec le soutien des colléctivités locales et de fondations (ex : Fondation Langlois pour l’art et la technologie, fondation Mondrian, Fondation de France…). Au sein d’ECOS, il accompagne des projets dans l’espace public et acquièrt une expérience dans les secteurs de l’économie sociale et des développements urbains en coordonnant des projets créatifs impliquant la population, des artistes, des architectes, des paysagistes. Il co-anime entre 2013 et 2015 un réseau d’artistes et de laboratoires culturels basés dans différents pays européens grâce au soutien de l’Europe (ALOTOF/ A Laboratory On The Open Field, intégrant le programme Europe culture sur le thème du jardin comme lieu d’expérimentation avec KRA, Kravin Rural Art en République Tchèque, OKNO et Nadine en Belgique, FOAM aux Pays-Bas.), actuellement, il travaille à la conception et réalisation d’une scénographie pour la compagnie David Rolland chorégraphie conçu comme une sculpture autonome faisant appel aux technologies numériques (découpe, robotique). Il amplifie actuellement ces recherches sur les laboratoires artistiques mobiles entre l’Europe et l’Afrique du Nord (ex : formation “cooperer MED2016” avec Relais Culture Europe à Casablanca, Under the sand, projets artistiques en Tunisie). Il anime également ponctuellement des workshops dans les écoles d’art, d’architecture, de design, d’arts appliqués (Nantes/Pau/Poitiers/Angoulême…) et coordonne le projet “Le noyau” (2015-2017) pour le jardin du musée Dobrée en collaboration avec le service culture et grand patrimoine du département de Loire Atlantique.

Liens : www.dominiqueleroy.info www.ecosnantes.org

Marina Pirot

Marina Pirot est commissaire d’exposition indépendante et artiste investie dans le champ de la performance (art contemporain et chorégraphie) depuis 2005. Diplômée de l’Ecole Supérieure d’Arts de Paris-Cergy en 2004 après un IUP en ingénierie culturelle à Lille III, elle engage sa démarche artistique par des résidences qui questionnent l’art in-situ. Menant ses investigations artistiques dans une approche performative des contextes investis, ses axes de travail s’articulent autour de la notion de résidence d’artiste, d’art contextuel et d’interaction. Créatrice d’une plateforme de production artistique nomade ON TIME qu’elle dirigera de 2006 à 2015, diverses invitations d’artistes comme le collectif INTERIM (Till Roeskens, Séverine Hubard…), les artistes Mathias Poisson, Nicolas Couturier, Fabrice Gallis, Laurie Peschier-Pimont, Lauriane Houbey,etc se sont déployées sur de longues durées, chaque projet générant ses propres géographies et temporalités. Son travail artistique d’installations est exposé notemment à la Fondation Ecureuil de Toulouse en 2011 ou dans les scénographies de la chorégraphe Nathalie Artufel ou de la musicienne Soizic Lebrat. Lors de la création de Kaïros en 2013, nouvel espace de laboratoire artistique à Rezé (44)), elle crée une cellule de recherche : les ateliers performance mêlant des artistes du champ chorégraphique, musical et des arts visuels (L.Peschier-Pimont, M.P. Duquoc, B.Travers, J. Quentel, etc).

Responsable et directrice pendant 3 ans de la création d’une résidence d’artistes dans une collectivité territoriale à Rocheservière (85), son projet a procédé du suivi de la maitrise d’ouvrage comme d’un temps de résidence en chantier cherchant à définir l’identité d’un nouveau lieu de recherche pour les artistes (quelques artistes invités : Keita Mori, Tatiana Wolska, Micha Deridder).

Co créatrice en 2015 de (n), duo d’artiste avec D. Leroy, dont l’approche écologique de l’art, par la pensée (n)omade déploie et expérimente un laboratoire de création partagé, ils axent leur pratiques sur l’expérience perceptive à l’aune des nouvelles technologies mixées des pratiques somatiques. Un atelier nomade le(n)A intègre un dispositif avec des partenaires européens en 2018.

Philippe Piron

Jean-François Rolez

Anaïs Rolez